La RONCE : alliée indispensable

Qui ne s’est jamais piqué avec cette plante commune qu’est la ronce ?En effet cette plante invasive est pour beaucoup de personnes le cauchemar des randonnées et des promenades en forêt. Mais connaissez-vous les propriétés thérapeutiques de la plante ? Celles-ci pourraient vous faire changer d’avis sur cette plante.

De nombreuses légendes racontent l’origine de la Ronce, preuve que cette plante a fait parler d’elle au cours de l’histoire et des traditions. La mythologie grecque raconte que la Ronce aurait pour origine le sang des Titans combattant contre les dieux de l’Olympe lors de la titanomachie.

Une légende italienne rapporte qu’à l’origine la ronce aurait tenu une auberge, mais elle dut fermer boutique du fait qu’elle ait fait trop de crédit à trop de personnes. Depuis lors elle arpente les bords de chemins pour accrocher tous les voyageurs qui pourraient rembourser ses dettes. Enfin une autre version de la création de la ronce nous raconte qu’à l’origine, lorsque Dieu créa la rose, le Diable pour tenter rivaliser tenta de créer sa propre rose mais ne parvint à obtenir que la Ronce. Toutes ces légendes ont en commun qu’elles racontent une vision peu valorisante de la Ronce, le mot même de Ronce vient du latin « rumex » signifiant le dard. Or ce n’est pas rendre justice à ce murier sauvage et à toutes les propriétés qu’il a à nous apporter.

Les Anciens eux-mêmes avaient déjà mis en lumière les bienfaits de cette plante. Le botaniste Grec du 1er siècle de notre ère Dioscoride nous signalait déjà l’emploi des fruits, en gargarismes, pour lutter contre les irritations de la gorge.

Son homologue latin, Pline l’Ancien la recommandait pour ses propriétés anti-inflammatoires de l'intestin et de la bouche. Celui-ci nous rapporte même dans son Histoire naturelle une recette de sirop à base de mûre (fruit de la ronce) qui qualifie lui-même de panchrestos soit littéralement « bon à tous maux ». Pline confère également à la ronce de nombreuses facultés et notamment celle de stopper les saignements.

Plus tard au Moyen Âge, on pensait que la Ronce avait la faculté de retirer les affections de la peau et d’être un très bon remède contre les morsures de serpents. Hildegarde De Bingen, reconnue comme « Docteur de l’Église » au 11ème siècle affirmait que la Ronce était efficace pour lutter contre les douleurs buccales et dentaires ainsi que contre les « hémorragies du fondement ». Dans cette optique on utilisait souvent la Ronce pour accélérer la cicatrisation et pour nettoyer les blessures. Plus proche de nous, au 19ème le célèbre docteur Cazin recommandait l’écorce pour lutter contre les diarrhées atoniques et les inflammations de l’intestin.

En définitive les utilisations thérapeutiques viennent contrebalancer la vision populaire que nous avons de la Ronce. Plutôt qu’une plante invasive contre laquelle nous devons lutter, essayons de la voir comme une alliée qui a beaucoup de bienfaits à nous apporter.


Description du Rubus fruticosus

La ronce est un sous-arbrisseau vivace originaire du continent eurasien et qui aime se développer dans les haies, les bois, les lisères forestières, les friches rudérales annuelles et tous les endroits où l'homme et les animaux abandonnent déchets et déjections. La Ronce possède de très longues tiges (pouvant atteindre une hauteur de 4 mètres) ornées d’épines acérées formant des barrières quasiment infranchissables. Les tiges portent des feuilles alternes variant de trois à cinq folioles, à l’extrémité de ces tiges on retrouve des grappes de fleurs blanches voire parfois roses qui laisseront place aux mûres vertes puis rouges et enfin noires gorgées d’un jus sucré.


Les bienfaits du Mûrier sauvage

Aujourd’hui en phytothérapie nous avons tendance à n’utiliser que la feuille de la Ronce, c’est pourquoi nous allons nous concentrer sur cette partie de la plante.

En phytothérapie, la feuille de ronce est surtout réputée pour ses propriétés astringentes, liées à sa richesse en tanins. Les tanins ont des vertus antiseptiques et astringentes, c'est-à-dire qu'ils resserrent les tissus de l'organisme.

Lutter contre les inflammations

Du fait de sa richesse en tanins, la feuille de ronce est intéressante par voie interne pour soulager les maux d'estomac, les dysfonctionnements intestinaux et les infections urinaires. En venant « assécher » les muqueuses elle va pouvoir constituer un remède contre les angines, les ulcérations de la gorge, la diarrhée, le sang dans les urines et les perles blanches, les aphtes et les inflammations des gencives.

Problèmes de peau

Les produits astringents sont recommandés aux personnes souffrant d’acné et de peau grasse. La présence des tanins dans la ronce va permettre de resserrer les tissus de la peau par effet vasoconstricteur et donc de diminuer la sécrétion de sébum.

Lutter contre les saignements

Les tanins en resserrant les tissus ont donc une propriété hémostatique qui permet de diminuer voire d’arrêter les petites hémorragies.

En usage externe

On emploie la feuille de ronce en gargarismes contre les maux de gorge et les enrouements, et en bains de bouche contre les aphtes et les douleurs au niveau des gencives. C'est un assainissant de la sphère buccale, tout comme la sauge . En cas d'irritation, on peut lui adjoindre de la fleur de mauve ou de la racine de guimauve adoucissantes et hydratantes grâce à leurs mucilages. La ronce permet de soigner les blessures qu’elle cause, ainsi les griffures, coupures et autres saignements peuvent être traités avec une compresse imbibée d’une décoction de tisane de ronce


Pour commencer vous pouvez consommer votre ronce sous forme de tisane de ces feuilles, celle-ci vous permettra de bénéficier de l’ensemble des bienfaits du mûrier sauvage en extrayant le maximum de principes actifs. Vous pourrez ainsi profiter des vertus astringentes et hémostatiques de la Ronce.

Pour cela il suffit de laisser infuser pendant 15 minutes une cuillère à soupe de Feuilles de ronce.

Vous pouvez également vous tourner vers les gargarismes ou bain de bouche, très facile à préparer. Il suffit de compter 2 cuillères à soupe de plantes pour 125 ml d'eau et de faire bouillir 3 minutes à couvert puis laisser encore infuser 15 minutes à couvert.




Manger la ronce

Au printemps, on peut cueillir les toutes jeunes tiges, quand elles sont encore vertes et bien tendres, et que leurs épines sont encore molles. Il suffit de les éplucher et on peut en manger l’intérieur qui est juteux et fruité. Une fois épluchées, vous pouvez les couper en morceaux et mettre dans une salade de fruits, par exemple, ou alors les manger comme des asperges.

Les jeunes feuilles, quand elles sont, elles aussi, toutes tendres et leurs épines encore molles, peuvent être hachées et mangées dans des salades ou des mélanges comme du fromage blanc aux herbes.

Vous pouvez aussi faire sécher les feuilles et en préparer des infusions qui ont un bon goût fruité. C’est très agréable dans des mélanges de plantes pour infusion.

Certaines personnes font fermenter les feuilles pour les utiliser comme du thé. Il paraît que ça fait ressortir les arômes et que ça rappelle le goût du thé.


Les feuilles et racines de ronce en phytothérapie

Les feuilles de ronce et leurs racines sont aussi utilisées en phytothérapie pour soigner des diarrhées, des angines, des gingivites et des problèmes de retour veineux. Mais pour cela on va utiliser des quantités importantes de la plante, genre 40 à 50 g de feuilles sèches pour 1 litre d’eau. Cela représente un panier plein de feuilles fraîches !


Comme les feuilles et les racines sont très tanniques cela donne un liquide au goût âpre et astringent. Donc ça n’a plus rien de comparable avec notre petite infusion au goût fruité. Mais au contraire, on rentre dans des applications thérapeutiques où il faut bien maîtriser ce que l’on fait et ne pas faire de bêtises. Je vous renvoie vers les explications détaillées de Christophe Bernard qui est beaucoup plus expert que moi dans ce domaine.



Fleurs comestibles

Les fleurs de la ronce sont comestibles. Même si elles n’ont pas un goût transcendant, ça vaut la peine d’essayer en d’en décorer une salade par exemple. Rien que pour sensibiliser vos invités à la diversité des plantes comestibles dans la nature…


En vente dans la boutique en paquets de 30 gr

Cueillette à la main et séchage naturel.


52 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout